Luxembourg

Que faire pendant un week-end au Luxembourg ?

Posté par Micaël Ribeiro 5 mars 2016 2 Commentaires
Casenates, Luxembourg

Lorsque je disais à mon entourage que je partais passer un week-end au Luxembourg, une personne sur deux me répondait ceci: « Au Luxembourg ? Mais pour quoi faire ? Qu’est-ce qu’il y a à voir là bas ? »

Il est vrai que c’est loin d’être la première destination à laquelle on pense quand il s’agit de se dépayser. Et pourtant, j’ai décidé d’aller y passer un week-end en bonne compagnie début janvier, histoire de faire quelque chose de différent. Je voulais partir en voiture et la capitale du Luxembourg n’est qu’à 340 km de la région parisienne.

Me voici donc un samedi matin sur l’autoroute A4, au volant de ma vigoureuse Twingo, en direction de ce pays qui cache peut-être de beaux endroits à découvrir. Pour la petite anecdote, j’ai pas mal été charrié par mes accompagnatrices parce que mon modeste véhicule avait du mal dans les côtes. Et oui, ce n’est pas une voiture de course…

Le trajet passe plutôt vite et ce tronçon de l’A4 est loin d’être le plus emprunté. Nous commençons à voir apparaître les premiers « Luxembourg » sur les panneaux routiers et finissons par passer la frontière sans nous en rendre compte. Il est environ 12h quand nous entrons dans la capitale du Luxembourg (qui s’appelle Luxembourg aussi hein). Évidemment, nos estomacs se réveillent et avant même de commencer à visiter la ville, nous décidons de chercher à manger.

Luxembourg, gare

La gare de la ville…

Déjà, le temps n’est pas vraiment avec nous : il fait gris, assez froid et on a même le luxe de se prendre quelques averses de temps en temps. Nous décidons de nous garer dans le parking de la gare. Pour les tarifs, j’ai trouvé que Luxembourg n’était pas une ville très chère. Je crois avoir payé 10€ pour 5h de stationnement.

Après quelques errances, nous tombons sur une petite cafette appelée Kathy’s Deli & Cupcakery. L’intérieur a l’air très sympa et des pâtisseries maisons nous font de l’œil. Malheureusement, victime de son succès, la serveuse nous explique qu’il faut réserver quelques jours à l’avance pour avoir une place. Mais elle nous conseille tout de même d’aller manger au Vapiano, un restaurant italien. C’est sa cantine qu’elle nous dit.

Je ne sais pas si vous connaissez cette chaine de restaurants qui existe aussi en France, mais avant d’aller au Luxembourg, j’en avais jamais entendu parler. Et pourtant nous avons été complètement séduits. En entrant, le serveur vous remet une carte magnétique utilisable à différents pôles. J’ai pris une savoureuse pizza et les pâtes avaient l’air vraiment bonnes. Bref, une fois l’estomac plein, on repart en vadrouille.

Le temps a définitivement décidé de nous faire la tête mais cela ne nous arrête pas. Nous commençons par découvrir le quartier de la gare. Il comporte pas mal de boutiques et quelques restaurants. Petit coup de cœur pour la marque America Today que je ne connaissais pas (une marque mixte pour ceux que ça intéresse).

Le quartier de la gare n’est pas au cœur de la ville mais on s’en rapproche. Le cœur du Luxembourg est en hauteur par rapport au reste, c’est la ville haute, reliée aux quartiers périphériques par une série de ponts qui offrent des vues impressionnantes. Dans le centre-ville, on se perd dans les ruelles jusqu’à tomber sur le palais grand-ducal que les gardes surveillent, impassibles.

Un peu plus loin, on tombe sur la place Guillaume II (qui était en travaux à ce moment-là). C’est aussi là qu’on trouve l’office du tourisme où nous avons pu récupérer un plan de la ville. Malgré la pluie qui commence à tomber, nous décidons d’aller vers les Casemates du Bock. Il s’agit d’un réseau de galeries souterraines (fermées) mais aussi de plusieurs points de vue qui offrent un joli panorama sur la vallée. Dans notre cas, la vue était embrumée et mouillée mais jolie quand même.

Comme nous sommes en hiver, la nuit tombe assez vite. Et les rues, déjà pas très animées, se vident. Les luxembourgeois ne sont pas des fêtards et cela se ressent. Ce n’est clairement pas une ville pour ceux qui veulent sortir le soir. Pour notre part, ce n’est pas grave car nous prenons la route vers notre hôtel, le DoubleTree by Hilton, légèrement en retrait de la ville.

A notre arrivée, on nous accueille avec un cookie chaud bienvenu. La chambre est très correcte et la literie confortable. En sous-sol, une salle de sport et une piscine sont à disposition. Pour manger, nous nous sommes rabattus sur un japonais. Le tarif était assez élevé par rapport aux prix français. J’ai payé 16,50€ pour un Ramen (très bon soit dit en passant).

C’est déjà le deuxième jour de notre week-end au Luxembourg. Après une bonne nuit de sommeil, nous profitons du buffet à volonté de l’hôtel. Ce qui devait être un petit-déjeuner devient notre repas du midi. On y trouve de tout, salé et sucré, chaud et froid. Vous avez largement de quoi vous exploser la panse. Pour notre part, c’était une offre trouvée sur le site Booking qui nous a permis d’avoir le buffet pour 5€ supplémentaires par personne.

Buffet, DoubleTreet by Hilton

Miam

Le temps semble être plus clément que la veille. Aussi, nous en profitons pour retourner dans le centre-ville et admirer la cathédrale Notre-Dame de Luxembourg. Même si vous n’êtes pas religieux, l’architecture (tant extérieure comme intérieure) est très intéressante.

Cathédrale, Luxembourg

La cathédrale Notre Dame de Luxembourg

Au soleil, la place Guillaume II a meilleure allure tout comme le palais grand-ducal. Nous décidons de revenir vers les Casenates du Bock et de descendre dans la vallée pour profiter d’un autre panorama. Ce qui est sympa avec Luxembourg, c’est qu’on n’a pas l’impression d’être dans une capitale. La ville reste verdoyante et ses deux « niveaux » (ville haute et ville basse) offrent deux atmosphères différentes.

Malheureusement pour nous, le beau temps aura été de courte durée. Mais avant de repartir, nous tenons à faire un crochet par le cimetière américain. Au total, ce sont 5076 soldats qui sont symbolisés par des croix blanches immaculées et bien rangées. C’est avec émotion que nous nous recueillons quelques instants avant de reprendre la route avec ma vaillante Twingo et rentrer en région parisienne. D’ailleurs, n’oubliez pas de faire le plein avant de revenir en France, les tarifs sont bien plus avantageux que chez nous.

J’espère que ce récit vous donnera envie, vous aussi, de passer un week-end au Luxembourg et que vous profiterez des merveilles que cette ville a à offrir.

2 Commentaires

David Biehler 16 avril 2016 at 20 h 33 min

Décidément entre le Luxembourg, les Etats Unis ou encore Londres, nous avons pas mal de « voyages en commun » . Très bon choix en tout cas de cette escapade Luxembourgeoise, une ville bien sympa, pas très connu dans le sens touristique et pourtant pas loin de la France… Dommage que le temps n’était pas de la partie (cela gâche pas mal le week end…).
Nous avons fait deux week end là-bas, coté hotel le Kirchberg dispose de pas mal d’hotel de haut standing et il y a souvent des offres très abordable sur booking. Dans notre cas nous avions à deux reprises des 4 étoiles avec d’énorme suites très moderne (dont une de 65m²) à environ 100-130 € , alors qu’a service équivalent ce type d’hotel coute 300€ par chez nous.

Répondre
Micaël Ribeiro 17 avril 2016 at 8 h 52 min

En effet le temps n’a pas été très clément. Nous avons eu moins de deux heures de soleil au total mais on a essayé d’en profiter au maximum. Et je suis d’accord, c’est une ville méconnue surement parce que les gens pensent qu’il n’y a rien à y visiter ou qu’elle n’a pas d’histoire (on m’a déjà fait cette remarque). Pas mal pour les hôtels, le Double Tree by Hilton est un peu plus excentré mais très confortable aussi, et l’offre avec le petit déjeuner à 5€ était très intéressante.

Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :