Etats-UnisNew York

Le terrorisme a-t-il changé ma façon de voyager ?

Posté par Micaël Ribeiro 2 juin 2018 Aucun commentaire

Voici un article que j’hésitais à écrire depuis un moment. Pourquoi ? Parce que le sujet peut surprendre voir effrayer. Parler de terrorisme, c’est installer tout de suite une certaine tension chez le lecteur. Aujourd’hui, je voudrais partager avec vous une réflexion : peut-on dire que le terrorisme influence ou modifie les manières de voyager ? Je vais donner mon avis.

Terrorisme et tourisme

Dire qu’il y a une vingtaine d’années, personne ne se serait amusé à associer ces deux termes. Malheureusement, avec toutes les attaques qui se sont succédées, difficile de ne pas y penser. Dans mon cas, j’ai souvent eu des témoignages dans mon entourage de personnes qui renonçaient à voyager ou à partir en week-end parce qu’ils ne se sentaient pas en sécurité, par peur tout simplement.

Loin de moi l’idée de les juger mais je n’ai jamais songé à arrêter de voyager à cause de cela. Comme tout le monde, chaque attaque terroriste m’a secoué et j’ai toujours espéré que cela ne se reproduise jamais. J’ai assisté, impuissant à une succession d’attaques dans des endroits que je connaissais, où j’étais passé… Malgré moi, ces évènements m’ont affecté, peut-être plus que je ne l’aurais voulu. Voici quelques exemples.

Roosevelt Island

Prendre l’avion

En temps normal, prendre l’avion n’est pas ma partie préférée des voyages. Il faut dire que j’ai tendance à devenir nerveux dès la moindre turbulence. Mais, je vous rassure, j’arrive à rester calme. En revanche, j’imagine toujours des situations catastrophes : et si quelqu’un détournait l’avion ? Et si des personnes dangereuses étaient à bord ? Je ne peux pas m’empêcher, en montant dans l’avion, d’observer chaque personne et de guetter chaque situation qui me semblerait inhabituelle.

Un exemple, l’année dernière, nous avons, avec ma moitié, pris un vol retour New-York – Paris chez Air France. A un moment, alors que je commençais à m’assoupir, quelqu’un a commencé à parler dans le système de communication de l’avion. C’était de l’anglais… bizarre, chez Air France, c’est plutôt le français qu’on entend en premier. Immédiatement, mon cœur a commencé à s’emballer, mes mains étaient moites… Il m’a fallu une dizaine de secondes pour comprendre qu’il s’agissait du message d’un passager… qui demandait son amie en mariage. Maintenant, cela me fait sourire mais sur le moment, j’ai eu une grosse montée de stress. Même avec la ribambelle de contrôles à l’aéroport, avec la vigilance du personnel de bord, je ne suis pas détendu à 100% dans un avion.

valise perdue

La foule

Quand on visite une grande ville, ou tout simplement un lieu touristique à forte affluence, on est rapidement entouré de monde. Cela a toujours été le cas et ça le sera surement toujours. Ne vous est-il jamais arrivé de vous dire « si jamais quelque chose arrivait ici, ce serait affreux »? Moi oui. Je reprends un exemple de New York : Time Square est un endroit où il y a toujours beaucoup de monde, que ce soit pour le lieu, les magasins, les restaurants… Et malheureusement, les endroits fréquentés donnent cette impression de danger. Paradoxalement, je me suis rarement senti aussi en sécurité que là-bas… Et pourtant, dix jours après notre séjour, une voiture fonçait dans la foulait faisait 1 mort et 22 blessés…

Times Square

Quand je suis en voyage, que je découvre un nouvel endroit, je suis naturellement optimiste. J’essaye de profiter au maximum du moment. Ce qui est dommage, c’est que le terrorisme a réussi à changer certaines choses. Par exemple, les contrôles de sécurité qui se sont multipliés pour entrer dans un musée, dans un centre commercial… Ces moments-là nous rappellent qu’on veut nous faire croire que nous ne sommes plus en sécurité. Mais ces évènements graves peuvent aussi surgir chez soi. Tous les matins, je prends le métro pour aller travailler, un métro bondé qui serait aussi une cible de choix pour une attaque. Pourquoi est-ce que cela devrait à l’autre bout du monde plutôt que dans ma ville de résidence ?

Ces lignes de texte ne changeront rien mais j’avais envie d’écrire que je n’arrêterais pas de voyager à cause des terroristes. Ce serait leur donner raison et ce n’est pas ce que je veux. Certaines trouveront que c’est insensé et qu’il faut privilégier la sécurité avant tout. Moi je leur dirais que rester cloitrer chez soi ne fera pas non plus avancer les choses. Mais je respecte leur décision. En tout cas, j’espère bien pouvoir très bientôt prendre l’avion et lorgner sur mon voisin de rangée en me demandant si c’est une personne dangereuse ou tout simplement un autre voyageur, comme quoi, en quête d’aventure…

Je vous encourage vivement à partager votre opinion dans les commentaires. Rassurez-moi en me disant que vous aussi, il vous arrive d’y penser aussi quand vous prenez l’avion que vous partez en voyage… 😉

Vous en voulez encore ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close
%d blogueurs aiment cette page :