Bons plansCalifornie

Passer la douane aux Etats-Unis : mes conseils

Posté par Micaël Ribeiro 11 mars 2017 2 Commentaires
douane passeport

Passer la douane aux États-Unis, c’est une étape qui peut paraître intimidante. Et ça l’est ! Oui, votre entrée sur le territoire américain dépend de cette entrevue de quelques minutes que la personne de la douane va vous accorder. N’ayez crainte, je vais vous raconter comment cela s’est passé pour moi et je vous donnerais aussi quelques conseils.

Avant la douane

Avant de partir, vous avez évidemment pensé à demander votre formulaire ESTA. Si ce n’est pas le cas, vous ne pourrez de toute façon pas monter dans l’avion. Pendant le vol, la compagnie aérienne vous demandera de remplir un questionnaire assez ressemblant à celui auquel vous avez répondu pour obtenir l’ESTA.

Si vous voulez en savoir plus sur l’ESTA, n’hésitez pas à aller voir mon article à ce sujet.

La douane : passage obligé pour les Etats-Unis

Été 2015 : avec ma moitié, nous atterrissons à San Francisco après 12 heures de vol, l’ESTA en poche. Nous avançons dans le seul couloir disponible avec tous les autres passagers. Nous arrivons alors dans une grande pièce avec des guichets. Les douanes sont semblables aux contrôles de sécurité classiques dans les aéroports. Plusieurs zones sont définies : une zone pour le personnel des avions, une autre pour les américains et une dernière pour les étrangers.

Vous devez ensuite faire la queue et attendre qu’un guichet soit libre pour passer. Dans notre cas, je dirais qu’on a patienté une bonne trentaine de minutes.

Mon tour finit par arriver. Je me retrouve devant un monsieur l’air fermé qui ne répond pas à mon bonjour. Ambiance. Il prend mon passeport, l’examine, me regarde et commence à me poser des questions. En vrac, il m’a demandé, d’où je venais, combien de temps je restais aux États-Unis, pour quelle raison, où j’allais loger, combien d’argent j’avais sur moi, comment je comptais payer aux États-Unis et quel était mon métier en France.

Le monsieur ne sourcillait pas. Il a pris mes empreintes puis a tamponné mon passeport et m’a laissé passer. J’ai alors rejoint ma moitié qui avait eu une entrevue bien plus courte que la mienne. Mais le plus dur était fait.

passer la douane

Après le premier contrôle, en voilà un autre !

Nous récupérons nos bagages quelques minutes plus tard. Vous vous rappelez de ce questionnaire que vous avez rempli dans l’avion? C’est maintenant qu’il va servir. En fait, il permet de contrôler ce que vous faîtes entrer aux États-Unis dans vos bagages. Dans notre cas, j’ai noté sur le papier que nous avions de la nourriture (à savoir un innocent paquet de cookies). Contrairement à la plupart des passagers, nous devons passer un deuxième contrôle. Je me préparais déjà au pire après l’entrevue avec le désagréable monsieur quelques minutes plus tôt.

Par chance, nous tombons sur un monsieur bien plus accueillant. Il nous demande quel type de nourriture nous transportons. Je réponds « un paquet de cookies » d’une petite voix. Il rit et nous explique que tout ce qui est aliments frais ne rentre pas mais que les cookies sont admis. Il fait tout de même passer nos valises aux rayons X puis nous souhaite une bonne journée. Ca y’est, cette fois, c’est la bonne !

Quelques conseils pour passer la douane sereinement

Lorsque vous faîtes la queue, ne vous avisez pas de marcher sur la ligne jaune qui est juste devant les guichets. Vous vous ferez réprimander dans la seconde.

Vous visitez un pays étranger, faites l’effort de parler leur langue. Si vous vous obstinez à parler français, il y a de fortes chances pour que votre interlocuteur ne fasse aucun effort pour vous comprendre. Même avec un petit niveau d’anglais, vous pouvez vous en sortir. Et n’ayez pas peur de leur dire que vous ne comprenez pas une phrase et de leur demander s’ils peuvent la répéter.

Apprenez par coeur l’adresse de l’endroit où vous allez loger, votre hôtel par exemple. Ils le demandent presque automatiquement. Si vous faites un roadtrip, ne vous lancez pas dans les explications des différentes étapes. Il vaut mieux dire que vous restez dans la ville d’arrivée et de donner uniquement l’adresse de l’hôtel de la première nuitée.

Même si vous en mourrez d’envie, ne faites pas de blague. Les américains prennent le passage à la douane très au sérieux. Vous risqueriez de les agacer et d’avoir une entrevue plus poussée avec un collègue et surtout de patienter bien plus longtemps pour rentrer sur le territoire.

Préparez vos réponses aux questions que j’ai dictées plus haut. En sachant en amont ce que vous allez répondre, vous chercherez moins vos mots et surtout vous serez moins stressés.

Et vous ? Vous avez déjà eu à passer la douane aux États-Unis ? N’hésitez pas à raconter votre expérience.

Vous en voulez encore ?

2 Commentaires

nos carnets d'ailleurs 31 juillet 2017 at 9 h 14 min

J’ai aussi beaucoup stressé lors du passage à la douane, je comptais d’ailleurs en faire un article.
Quand il m’a demandé avec qui je venais, j’ai répondu « my boyfriends ». Pourquoi j’ai rajouté un s, aucune idée. Quoi qu’il en soit, j’ai réussi à le faire rire. Il m’a demandé combien j’en avais au juste. J’étais rouge comme une pivoine et j’ai répondu que je n’en avais qu’un et qu’il était dans une autre file. Bref, la honte à peine arrivée sur le sol américain 🙂

Répondre
Micaël Ribeiro 1 août 2017 at 6 h 37 min

Au moins la personne que tu as eu avait un peu d’humour. C’est vrai que c’est toujours une étape stressante même si l’on a rien à se reprocher. C’est que ces agents peuvent quand même décider de ne pas te laisser rentrer s’ils estiment que tu es louche. J’y suis retourné en mai et j’ai testé le système automatisé avec les machines (dans le cas où tu y vas avec un ESTA que tu as déjà utilisé) je suis passé en moins de dix minutes et l’entrevue est bien plus courte puisque tu te prends en photo toi même avec l’automate. En tout cas, merci pour ton message.

Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :