Californie

Manger aux États-Unis : le parcours du combattant

Posté par Micaël Ribeiro 18 juin 2016 Aucun commentaire

On se retrouve cette semaine pour aborder un sujet crucial quand on part en vacances et plus particulièrement aux États-Unis : la nourriture. Vous n’allez pas pouvoir faire autrement, il faudra bien se nourrir et les préjugés sur cette cuisine sont nombreux : trop riche, trop grasse, trop sucrée. Oui, c’est le cas. On trouve des fast-food en abondance partout et en plus le tarif est très accessible. Alors comment faire pour bien manger aux États-Unis? Je vais essayer de vous donner quelques conseils en fonction de ma propre expérience.

Étape 1 : Le paradis des hamburgers

Je suis un énorme fan des hamburgers en tout genre. S’il y a un hamburger à la carte d’un restaurant, il y a de fortes chances pour que ce soit ce que je choisisse. Ce n’est pas comme si j’avais déjà mangé un burger à six étages au Annette’s Dinner de Disney Village. Aussi, l’idée de partir faire un roadtrip en Californie a éveillé mon estomac, ravi à l’idée de partir au pays du burger (et je caricature à peine).

Annet's Dinner

Burger à 6 étages chez Annette’s Dinner

Alors oui, on trouve des fast food à tous les coins de rue. Ceux que nous connaissons ici comme Mac Donalds ou Burger King mais aussi une tripotée d’enseignes inconnues au bataillon comme Jack in the Box, Wendy’s ou encore In N Out. Ces fastfood présentent deux avantages non négligeables lorsque vous faîtes un roadtrip : ce n’est pas cher et c’est rapide.

Repas au Cheesecake Factory

Repas au Cheesecake Factory

Quand je suis parti l’été dernier, je n’ai finalement gouté qu’à un seul fast food : In N Out. Et si vous aimez les burgers simples mais bons, je vous conseille vivement d’y faire un tour si vous en avez la possibilité. La carte est simple mais les burgers ont très bon goût. L’enseigne vante les mérites de la fraicheur de ses ingrédients.

Les burgers, vous les trouverez aussi dans pas mal de snacks et de cafétérias mais aussi dans les dinners (comme Denny’s) ou les chaînes de restaurants (comme le Cheesecake Factory). Autant vous dire que les premiers jours, c’était le paradis.

Étape 2 : manger aux États-Unis, c’est aussi manger gras

La sensation que j’ai eu aux États-Unis, c’est que tout était gras. Évidemment, les burgers et les frites le sont mais le moindre plat qui parait simple et équilibré est aussitôt enseveli sous une montagne de sauce. Et c’est valable aussi pour les salades, elles sont accompagnés d’une petite coupelle avec la sauce (une quantité souvent trop importante).

Ce qui est paradoxal, c’est que dans la plupart des chaines de restaurants, les calories sont indiquées pour chaque plat et les chiffres s’envolent. Je me rappelle que chez Denny’s, un milkshake chocolat-beurre de cacahuète valait plus de 1400 calories soit deux tiers de ce qui est recommandé pour un adulte. Au moins, quand vous consommez, vous ne pouviez pas dire que vous ne saviez pas que c’était lourd.

Un petit-déjeuner typique

Un petit-déjeuner typique

Au bout d’une semaine, je commençais déjà à être écœuré. En effet, comme nous n’avions pas la possibilité de cuisiner, nous devions sans arrêt faire avec les restaurants et les supermarchés. On a alors commencé à lorgner du côté des légumes, assez difficiles à trouver quand vous êtes dans un dinner.

Étape 3 : je veux des fruits !

Il n’y a pas de solution miracle, il faut réussir à ne pas céder à la facilité à tous les repas. Pour ma part, j’allais dès que possible dans un magasin et je prenais des salades et des fruits pour le petit déjeuner où un creux sur la route. Nous avions pris avec nous un sac réfrigérant qui a été amplement suffisant pour tout garder au frais, même quand nous étions dans Death Valley.

Le problème avec leurs fruits, c’est qu’ils ont aussi l’air un peu gras (oui je sais, c’est bizarre à dire). Je me rappelle les étales dans les supermarchés avec des pommes bien brillantes, à l’aspect impeccable et qui avaient comme une couche huileuse sur la peau. Et au goût, c’était loin d’être la joie : la peau était dure et la chair n’avait pas trop de saveur. Heureusement, nous avions un stock de raisins sans pépin que nous achetions régulièrement et qui étaient vraiment bons et rafraichissants !

Nous avions fini par choisir la chaine Denny’s comme cantine parce que, même si c’était un dinner, la carte était suffisamment variée pour nous permettre de manger des choses différentes. Et il y’ avait même un plat de légumes grillés à la carte (avec de la sauce barbecue mais c’était mieux que rien).

Rayon sucre du supermarché...

Rayon sucre du supermarché…

Pour terminer, et nous n’avons découvert ça que lors de notre dernier jour, il existe, dans la chaine de magasins Whole Foods, des stands où vous pouvez acheter des plats tout prêts. Vous choisissez la taille de votre boite et la remplissez des aliments de votre choix et il y a souvent un grand choix de légumes et de plats sains. Au final, vous payez au poids à la caisse.

Voilà pour mon expérience concernant la nourriture aux États-Unis. Évidemment, je ne peux nier que c’était souvent très bon et que les proportions très généreuses font que je n’ai jamais eu faim en sortant d’un restaurant ou d’un fast food. Et surtout, n’oubliez pas de donner un petit pourboire au moment de l’addition. Mais j’en parlerai certainement dans un futur article à ce sujet.

Vous en voulez encore ?

%d blogueurs aiment cette page :