CalifornieEtats-Unis

Jour 7 – Partie 1 : Death Valley et arrivée à Las Vegas

Posté par Micaël Ribeiro 14 novembre 2015 3 Commentaires

A nouveau, vous aurez là une journée en deux parties parce que cela aurait fait un gros pavé pour un seul article. La première partie, c’est juste en dessous et la suite arrivera la semaine prochaine.

Si vous vous souvenez bien, dans le dernier épisode, nous étions aux prises avec des insectes protégés qui avaient élu domicile dans notre chambre d’hôtel. Eh bien, c’était un argument suffisant pour faire de nous des personnes très matinales dans le désert. Il est à peine 6 heures du matin quand nous nous réveillions. La nuit n’a pas été très reposante. Il faut dire que savoir que de petits insectes peuvent à tout moment se balader sur vous, ça n’aide pas à être totalement détendu. Qui sait, j’en ai peut-être même mangé pendant mon sommeil…

Un brin de toilette plus tard et avec quelques raisins dans l’estomac (accompagnés d’une énorme brique de jus de fruits), nous sommes déjà prêts à partir. Nous avons dû patienter jusqu’à 7 heures, le temps que la station service ouvre pour que nous puissions faire le plein. Il fait déjà 29°C, la journée promet d’être chaude. Une fois toutes nos affaires dans le coffre, nous rendons le bip de notre chambre et partons sans regrets. Cet hôtel en plein milieu de nul part ne restera pas notre meilleur souvenir.

Mesquite Dune Sand

Mesquite Sand Dunes

Arrivée aux Mesquite Sand Dunes

Nous avons à peine roulé cinq minutes qu’un parking perdu nous fait de l’œil. Nous venons d’arriver aux Mesquite Sand Dunes. Si vous avez quelques notions d’anglais, vous devez reconnaître le mot « dunes » et « sable » ce qui ne choque pas trop quand on est dans le désert. Vous devez vous dire « non mais il s’extasie devant du sable alors qu’il a dû en voir des tonnes depuis la veille ». Eh bien détrompez-vous. Death Valley propose un paysage majoritairement rocheux et les bancs de sable sont rares. Ici, nous voyons de vraies dunes arrondies et, comme il est tôt, il y a assez peu de traces de pas. Nous avançons un peu pour voir de plus près cet endroit unique. Il n’y a pas un bruit. Même les touristes sont silencieux, preuve que l’endroit a quelque chose de solennel. Au bout d’une dizaine de minutes, le soleil commence a taper alors nous décidons de retourner à la voiture pour reprendre la route.

Voilà un vrai désert...

Voilà un vrai désert…

Comme la veille, nous alternons entre utilisation de la clim et cuisson à feu vif. Il ne faut pas que titine nous lâche en plein milieu de nul part. Heureusement que depuis le début du voyage nous pouvons compter sur notre fidèle GPS. Il nous indique d’ailleurs que nous avons environ 250 km à parcourir avant d’arriver à Las Vegas. Sauf que nous n’aurions pas dû l’écouter. En effet, il nous a fait passer par la route la plus courte (c’est ce qu’on lui demande d’ailleurs) mais celle-ci nous a fait louper pas mal de points de vue intéressants : Zabriskie Point, Artist Palette… Concrètement, le GPS nous a fait tourner à gauche à l’intersection de Beatty alors qu’on aurait dû continuer tout droit. Voilà, c’est con mais c’est fait maintenant…

Welcome to Nevada !

Après une bonne heure de route, nous apercevons le panneau qui annonce la fin de la Death Valley. Il est suivi de celui qui nous indique l’entrée dans le Nevada. Car oui, on vous bassine avec notre roadtrip en Californie depuis le début mais ce qu’on s’était bien gardé de vous dire, c’est qu’on allait faire une petite escapade dans le Nevada. Espérons qu’on ne connaisse pas le même destin que le panneau parce qu’il y a des impacts de balles partout…

Welcome to Nevada

Welcome to Nevada

Nous continuons sur la route qui mène à la ville du luxe et de casinos. Le paysage est très ressemblant à celui de Death Valley mais on y croise plus de monde et quelques villes. Plus on s’approche de Las Vegas et plus la circulation se densifie. On est sur deux voies, puis trois, puis sept au bout d’un moment.  Les grands hôtels apparaissent à l’horizon, ça y est, on y est presque.

Las Vegas, baby !

Pendant ce tronçon de route, c’est mademoiselle qui conduisait. Du coup, j’ai eu l’occasion de profiter du paysage. Nous avons clairement fait nos touristes puisque nous sommes restés sur le Strip pendant presque tout notre séjour. Le Strip, c’est la rue principale de Las Vegas qui comprend la quasi totalité des hôtels. Arrivés en ville, c’est la claque. Las Vegas, on dirait une ville en carton pâte destinée à impressionner et c’est réussi. Les hôtels sont impressionnants, tout est grand, il y a beaucoup de personnes excentriques, bref, tout le contraire de moi quoi. Déjà, commençons par réussir à atteindre notre hôtel. Nous avons une réservation à l’Excalibur, le grand château médiéval qui semble sortir tout droit d’un parc d’attraction.

L'Excalibur vu de l'intérieur...

L’Excalibur vu de l’extérieur…

Après avoir tourné un peu, nous trouvons une place dans le parking arrière. Dehors, il fait très chaud mais moins qu’à Death Valley. Je pense qu’il faisait autour de 37°C à 12h. Nous nous dirigeons vers la réception. Pour cela il nous faut traverser tout les restaurants qui sont dans l’hôtel ainsi que le grand casino. Des machines à sous à perte de vue, des tables de poker, des bars… tout est fait pour encourager le touriste à poser son derrière et à claquer son argent.

L'Excalibur vu de l'intérieur

L’Excalibur vu de l’intérieur

Arrivé à la réception, un monsieur nous apprend que le check-in ne se fait qu’à partir de 15h et que si nous voulons le faire dès maintenant, il va falloir débourser 25$. Calmos, on peut patienter hein. Du coup, on se dit qu’on va en profiter pour visiter. Et ça tombe bien parce que le Strip est juste devant nous.

La suite très bientôt…

Vous en voulez encore ?

3 Commentaires

leoonor 16 novembre 2015 at 7 h 45 min

J’adore le panneau ‘Welcome’ ahaha !

Répondre
histoirescecile13 12 janvier 2016 at 14 h 22 min

Il y a un passage sur les affreux insectes…vraiment pas cool ! Mais un peu drôle. …pas triste ce voyage mais à faire absolument !

Répondre
Micaël Ribeiro 12 janvier 2016 at 15 h 16 min

On en rit maintenant mais c’est vrai qu’on se serait bien passé de la présence des insectes. Mais Death Valley reste un endroit grandiose.

Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :